Politics

Celui qui mangea la récolte et insulta son bienfaiteur

Profitant des rassemblements populaires en vogue ces derniers jours, et redoutant d’être taxé d’homme d’affaire véreux et insatiable, Issad REBRAB n’hésite pas à s’afficher publiquement aux côtés des protestataires et de scander le changement.

Ce richissime homme d’affaires semble avoir oublié qu’il a largement prospéré grâce aux crédits colossaux qui lui ont été alloués par le trésor public, s’élevant à douze mille sept cent (12700) milliards de centimes, rien que ça … ! sans compter d’autres crédits attribués dans le cadre des partenariats, associations, cogérances et autres.

Ingénieux, il se fait passer pour une victime qui, en dépit de sa bonne foi pour faire fructifier ses affaires et créer des emplois, comme il aime bien le faire entendre, il se montre en homme d’affaires honnête qui souhaite aider son pays, selon lui, par ses propres moyens. Il ne cesse de ressasser d’être bloqué, dans son élan, par les pouvoirs publics alors que l’Etat a beaucoup fait pour son ascension à l’échelle nationale et internationale, lui qui arrive en tête du classement national des débiteurs du trésor public.

Toute honte bue, Monsieur REBRAB s’affiche ostensiblement avec les protestataires pour clamer le changement… Est-ce pour se voir un jour affranchi des crédits bancaires qui lui ont été accordés ?
Ou bien, le choix opportuniste de rallier les contestataires et les voix appelant au changement viserait-il à lui éviter les poursuites judiciaires lancées à son encontre dans l’affaire SPA EVCON INDUSTRY ? Une affaire qui a éclaboussé ces derniers temps l’actualité nationale, révélant des atteintes flagrantes à l’économie du pays, telle que la surfacturation, la fausse déclaration douanière et la fuite de capitaux vers l’étranger…etc.

Le jour où cette affaire, actuellement entre les mains de la justice, révélera tous ses tenants et aboutissants, les algériens comprendront enfin les motivations réelles derrière les appels au changement de M. REBRAB.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer