national

Gaïd Salah : L’acharnement sur l’institution militaire fait partie d' »un plan abject »

Algérie-Le Général de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’armée nationale populaire (ANP), a indiqué, lors de sa visite à la 4e Région militaire à Ouargla, que l’acharnement sur l’institution militaire fait partie d' »un plan abject », dont l’objectif est de « bloquer et neutraliser » le rôle de l’armée, indique mercredi un communiqué du ministère de la Défense nationale.

« L’acharnement sur l’institution militaire fait partie d’un plan abject, dont l’objectif est de bloquer et neutraliser le rôle de l’armée, qui a donné un exemple à tous, en termes de dévouement, de loyauté et de protection de la patrie, et a prouvé, sur le terrain, sa capacité à consacrer le lien solide entre le peuple et son armée ».

Il a fait remarquer que le Commandement de l’Armée « était le premier à répondre aux revendications populaires avant toute autre partie, ce qui a menacé les intérêts de la bande et de ses acolytes et a mis en échec leurs plans visant à redéfinir le paysage national général selon leurs envies et celles de leurs maitres », a déclaré Gaïd Salah qui a effectué une visite d’inspection et de travail à la 4ème Région militaire.

« Nous leur disons: laissez l’Algérie à ses fidèles enfants, car ils en sont dignes et capables de la construire et de la protéger », a-t-il ajouté.

Il a exprimé sa conviction que « notre valeureux peuple qui aspire à vivre dans la paix et la quiétude et dans la sécurité et la stabilité, mérite de vivre dignement dans son pays », affirmant que « ce peuple, que l’on cite en exemple dans l’amour de la patrie et la loyauté, a soutenu et approuvé les efforts de l’institution militaire ».

Il a rappelé, à cette occasion, certains points qu’il avait abordés lors de son allocution lundi dernier à In Amenas, « au regard de son importance quant à l’avenir du pays en cette phase sensible, où certains partis politiques demandent à dialoguer, voire négocier directement avec l’institution militaire, en s’inspirant des expériences de certains pays de la région dans la gestion des crises ».

« Ils ont omis sciemment que l’Algérie avec son illustre histoire, son vaillant peuple et ses positions leaders et immuables est l’exemple à suivre et non pas le contraire en dépit du fait qu’ils sont pleinement conscients de notre position constante à ce sujet, à propos duquel nous avons affirmé plus d’une fois que l’Armée nationale populaire restera attachée à une résolution de la crise dans un cadre constitutionnel, partant de sa conviction que l’Etat moderne est un Etat d’institutions, et l’attachement à la Constitution est un paramètre essentiel pour préserver l’existence et la continuité de l’Etat », a-t-il ajouté.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer